Popularité

Distance

Prix

Nouvelles Activités [+] ajoutez vos catégories
47
Toutes les sorties
37
Concerts
47
Art & Musées
21
Festivals & Marchés
104
Party & Nightlife
10
Théâtre & Humour
90
Jeux & Attractions
166
Bars & Cocktails
1721
Restaurants étonnants
16
LGBT
944
Sports & Fitness
111
Danse
1015
Poutines
67
Partir à l'aventure
41
Coups de cœur de So Montréal
Exposition - Laurent Craste, 20 ans de carrière : variations & digressions

Exposition - Laurent Craste, 20 ans de carrière : variations & digressions

24 février 2019
Musée des maîtres et artisans du Québec 615, avenue Sainte-Croix, Montréal (Saint-Laurent), Île de Montréal H4L 3X6
8$
Laurent Craste
20 ans de carrière : variations & digressions

Exposition : 16 janvier – 10 mars 2019
Vernissage : jeudi 7 février à 18 h, ouvert à tous

Le Musée des maîtres et artisans du Québec présente l'exposition « Laurent Craste, 20 ans de carrière : variations & digressions » du 16 janvier au 10 mars 2019. Cette exposition présente une quinzaine d'œuvres de céramique de Laurent Craste tirées de la collection permanente du Musée, en plus de l'une de ses vidéos performatives. En 2017, l'artiste de renommée internationale a fait don de ces œuvres au Musée, qui ont depuis été reconnues « d'intérêt exceptionnel et d'une importance nationale » par la Commission canadienne d'examen des exportations de biens culturels. Cette exposition fait un retour sur le parcours et la carrière du céramiste et grand artiste contemporain qu'est Laurent Craste.

Depuis 1999, date à laquelle il a tenu sa première exposition particulière, Laurent Craste n'a eu de cesse de revisiter l'histoire de la céramique et d'en faire des lectures singulières. Depuis le vase grec, qu'il a profondément personnalisé et « animalisé », jusqu'aux vases d'inspiration Sèvres dont la majesté est perturbée par un outil ou un instrument, il a poursuivi une relecture critique de l'œuvre céramique. Ce Français d'origine, après une formation poussée en médecine vétérinaire, change de domaine et de continent et vient étudier la céramique au Centre de céramique Bonsecours, à Montréal. Il obtiendra par la suite une maîtrise en arts visuels de l'École des arts visuels et médiatiques de l'UQAM. Cette double formation lui donnera les moyens techniques et les connaissances nécessaires pour transformer la céramique en outil de réinterprétation de l'histoire. Les œuvres exposées rendent palpable l'évolution de l'artiste : depuis la reconsidération de l'antiquité jusqu'à l'écorchement et l'aplatissement du vaisseau céramique. Un parcours d'une profonde originalité, très innovateur, qui lui a permis de montrer ses œuvres dans une douzaine d'expositions individuelles et une soixantaine d'expositions collectives, parmi lesquels des lieux prestigieux comme le Musée des beaux-arts de Montréal, le Museum of Moving Image de New York et la Cité de la mode et du design de Paris.

 

Arkadi lavoie lachapelle : Jour de fête! : expérience d'une naissance imminente

Arkadi lavoie lachapelle : Jour de fête! : expérience d'une naissance imminente

26 février 2019
Dazibao, images, expositions, éditions 5455 Avenue de Gaspé, Espace 109
gratuit
Atelier familial 'Aimant à mots' au Musée des maîtres et artisans du Québec

Atelier familial 'Aimant à mots' au Musée des maîtres et artisans du Québec

24 février 2019
Musée des maîtres et artisans du Québec 615, avenue Sainte-Croix, Montréal (Saint-Laurent), Île de Montréal H4L 3X6
16$

Avec ce petit cadre, toute la famille pourra laisser de petits messages. Laissez des mots doux, des rappels, des listes de choses à faire...tout cela es tpossible avec ce petit tableau décoratif! Il est beau et peut être mis sur le réfrigérateur grâce à ses aimants.

Matériel entièrement fourni et visite libre du Musée incluse dans le prix d'entrée.

Réservation obligatoire en ligne au www.mmaq.qc.ca, par téléphone au 514-747-7367, poste 7203 ou par courriel à accueil@mmaq.qc.ca.

 

Cédric Delorme-Bouchard / Castel Blast + Annie Gagnon + Camille Lacelle-Wilsey

Cédric Delorme-Bouchard / Castel Blast + Annie Gagnon + Camille Lacelle-Wilsey

24 février 2019
Edifice Wilder 1435, rue De Bleury, Montréal, Île de Montréal H3A 2H7
21$

 

/ Dispositif /
• Installation lumineuse: Cédric Delorme-Bouchard • 
• Chorégraphes invités: Castel Blast + Annie Gagnon + Camille Lacelle-Wilsey • 

Un mur de lumière blanche de neuf pouces de profondeur est le concept phare de ce projet commissarial proposé à deux chorégraphes et un collectif interdisciplinaire: Annie Gagnon, Camille Lacelle-Wilsey et Castel Blast. Cette deuxième itération d'une recherche sur l'architecture immatérielle – suivant Lamelles, présentée avec sept interprètes à l'Usine C en 2018 – se penche sur le mouvement. Pour cette version, le scénographe-commissaire devient dramaturge en soutien aux créateurs. Une brillante rencontre entre corps et lumière.
-
Sur scène: Maude Arès, Charles Brecard, Annie Gagnon, Katia Lévesque, Laura Heather Jeffery, Alanna Kraaljeveld, Nien Tzu Weng.

Le Terrier

Le Terrier

24 février 2019
Théatre Jean-Duceppe 175 rue Sainte-Catherine O. , QC H5B 0B1
BOOM X

BOOM X

24 février 2019
Centre Segal 5170, Côte Sainte-Catherine, Montréal, Île de Montréal H3W 1M7

LA MUSIQUE, LA POLITIQUE ET LA CULTURE DE LA GÉNÉRATION X !
BOOM X commence là où BOOM s'est terminé, à Woodstock en août '69. Rick entreprend un voyage multimédia qui le fera voyager dans le temps jusqu'en 1995. Certains personnages classiques réapparaissent (Elvis prend du poids, Reagan se fait tirer et Trudeau est réélu), mais la trame principale alterne entre l'histoire de sa mère et la sienne. Cette production suit la Génération X alors qu'elle doit évoluer avec l'héritage embrouillé du baby boom. 

Écrit, mis en scène et interprété par Rick Miller
Producteur délégué Jeff Lord
Éclairages Bruno Matte 
Projections Nicolas Dostie
Accessoires et costumes Virginie Leclerc
Conceptrice multimédia Irina Litvinenko
Concepteur de décors et son Rick Miller 
Assistant à la mise en scène et régie et dramaturge Craig Francis

Une production du Kidoons en association avec le Theatre Calgary et The 20K Collective

 

 

Exposition - ADN : La vie future des objets

Exposition - ADN : La vie future des objets

24 février 2019
Musée des maîtres et artisans du Québec 615, avenue Sainte-Croix, Montréal (Saint-Laurent), Île de Montréal H4L 3X6
8$
ADN : La vie future des objets

Exposition : 26 janvier – 10 mars
Vernissage : jeudi 31 janvier à 18 h 30, ouvert à tous

Cette exposition est produite par Martin Racine, professeur titulaire et directeur du programme d'études supérieures au Département de design et d'arts numériques de l'Université Concordia. Cette exposition, cherchant à remettre en question le mode de production et de consommation des objets d'usage courant, suscite une réflexion sur la pérennité et l'obsolescence des objets de fabrication industrielle par opposition aux objets de fabrication artisanale ou de petite série.

Cette exposition a commencé par l'élaboration d'un manifeste qui propose une réflexion sur la vie future des objets. Ainsi, un questionnement a été soulevé ; puisque chaque cellule vivante sur terre possède les sources moléculaires, c'est-à-dire de l'ADN (acide désoxyribonucléique) peut-on imaginer un futur dans lequel les objets artificiels encrypteraient un code génétique ? Cette exposition propose donc un regard idéaliste et critique sur les objets et leur futur. Le visiteur est appelé à manipuler des objets interactifs ou à incarner le rôle d'un scientifique tout en observant les organes internes d'un objet à l'aide d'un scanneur 3D ou de rayons X.

Cuisinage

Cuisinage

24 février 2019
Ecomusée du fier monde 2050, rue Amherst (angle Ontario), métro Berri-UQAM
gratuit


Construite à partir de récits des habitants du quartier, l'exposition Cuisinage présente la cuisine comme pièce centrale de la maison, témoin des partages, fêtes, drames et solitudes, qui reflète les mutations que la société a connue.

À travers des installations sculpturales, des photographies, des enregistrements sonores et vidéos, portez un nouveau regard sur la culture du quartier Centre-Sud!

Benoît BrousseauLinda Côté et Jean-François Lachance forment un collectif d'artistes de la relève qui s'intéressent particulièrement à ce qui définit l'identité d'une personne, d'un lieu ou d'une communauté. Ensemble, ils explorent les problématiques sociales d'exclusion, d'abus de pouvoir et d'aliénation, en mettant l'imaginaire poétique au centre de leur approche.

Ce projet est réalisé en partenariat avec la Faculté des arts de l'UQAM.

Expositions : Carl Trahan et Milutin Gubash

Expositions : Carl Trahan et Milutin Gubash

24 février 2019
Musée d'art contemporain des Laurentides 101, Place Curé-Labelle, Saint-Jérôme, Laurentides J7Z 1X6
gratuit

Carl Trahan | Das Gleitende - 3

Depuis plusieurs années, Carl Trahan s'intéresse à la mise en image, par le biais de divers médiums dont le dessin et le texte écrit, d'une réflexion qui aborde sous plusieurs aspects la modernité en lien notamment avec la Révolution industrielle, les fascismes européens et la Première Guerre mondiale.

Milutin Gubash

Ayant inauguré en septembre 2018 l'exposition Lamps de Gubash, le MAC LAU propose cette nouvelle exposition conçue autour d'un corpus de photographies et de nouvelles lampes.
 
Cette présentation du travail de Milutin Gubash s'inscrit dans le cadre de la série Rencontre. Elle vise à soutenir le travail d'un artiste dans le cadre de multiples présentations s'échelonnant sur deux années consécutives, permettant au Musée ainsi qu'au public d'entretenir un dialogue soutenu avec ce dernier.

 

Vernissage le dimanche 17 février 2019 à 14h en présence des artistes.

The Last Wife

The Last Wife

24 février 2019
Centaur Theatre 453 Saint-Francois-Xavier, Montréal, Île de Montréal H2Y 2T1
gratuit

The Last Wife

Un texte de Kate Hennig

Une mise en scène de Eda Holmes

Avec Diana Donnelly dans le rôle de Catherine Parr

Du 12 février au 3 mars 2019

 

L'Histoire nous a bien appris qu'épouser le roi Henri VIII s'est souvent révélé fatal... Pourtant, dans ce récit imaginé par Kate Hennig, non seulement le célèbre roi rencontre-t-il en Catherine Parr, sa sixième et dernière épouse, son égal dans l'esprit et la négociation, mais il gagne également une formidable alliée digne de gouverner le pays en son absence et douée pour préparer ses héritiers, quel que soit leur sexe, à diriger un empire. Hennig nous entraîne de l'autre côté du trône, dans un foyer pas si différent de ceux des familles puissantes de notre époque. En plus d'avoir été présentée à guichets fermés au festival de Stratford lors de sa première en 2015, la pièce connaît un franc succès aux États-Unis, grâce à ses parallèles troublants entre la famille Tudor et ces femmes que nous voyons aujourd'hui se hisser dans les hautes sphères du pouvoir. Une étude brillante, amusante et puissante du patriarcat, des politiques sexuelles et des droits des femmes.

 

En nomination pour le Prix du Gouverneur général 2017

Récipiendaire du prix d'excellence 2015 Christopher Plummer Fellowship Award for Excellence in Classical Theatre

 

Presenté en anglais.

 

Exposition : Myriam Jacob-Allard

Exposition : Myriam Jacob-Allard

24 février 2019
Dazibao, images, expositions, éditions 5455 Avenue de Gaspé, Espace 109
gratuit

Myriam Jacob-Allard
T'envoler

Du 7 février au 5 avril 2019
Vernissage le 7 février à 19 h

Lancement de la publication le 2 mars 2019 

 

C'est à la croisée de l'histoire personnelle et de la mémoire collective que s'attarde l'œuvre de Myriam Jacob-Allard. Axes qui s'activent dans l'exposition autour de deux narrations : une chanson populaire et un récit familial. T'envoler, titre de l'exposition, est emprunté à une chanson country. Genre musical qui a une résonance particulière au sein de la cellule familiale de l'artiste. À certains moments nommé le «blues des Blancs», le country comporte ce même caractère viscéral, cette pulsion d'être avec simplicité près du quotidien et des sentiments. C'est d'ailleurs Jacob-Allard, sa mère et sa sœur qui interprètent le refrain de la complainte amoureuse dans l'une des œuvres principales de l'exposition. L'artiste met en parallèle de cette chanson un récit qui, par sa prégnance, s'est inscrit au patrimoine familial. Ce récit, maintes fois relaté par sa grand-mère, raconte une histoire invraisemblable d'ouragan, digne du Wizard of Oz, qui, enfant, l'aurait emportée, l'aurait fait s'envoler. Présente au sein des deux narrations, l'idée de s'envoler – ou de t'envoler – investit le travail de Myriam Jacob-Allard d'une étrange dualité : c'est à la fois trouble et léger, signe de liberté et d'attachement, d'appartenance et de fuite, c'est la peur de l'inconnu et le réconfort du familier. En filigrane se dessine le potentiel d'universalité qu'a le récit intime mais aussi, signe des temps en ces temps de grande uniformisation, le désir profond de renouer – voire de s'inventer – une histoire qui nous serait propre, singulière. 

Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie - Refus, dissidence, renouveau

Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie - Refus, dissidence, renouveau

24 février 2019
Maison de la culture Janine-Sutto (Frontenac) 2550, rue Ontario Est, Montréal, Île de Montréal H2K 1W7
gratuit

Dans le Québec des années quarante, un groupe d'artistes québécois lance un cri d'alarme par un manifeste contestataire qui s'attaque à l'idéologie conservatrice d'un Québec étouffé sous la chape d'un clergé omniscient et d'un homme politique omnipotent, Duplessis. Ce manifeste porte le titre provocateur de Refus global. Il constitue un tournant de l'identité québécoise.

L'exposition, dont la perspective est avant tout littéraire, relate d'une part, ce que contestaient les signataires du Refus global, mais aussi, d'autre part, ce qui inspirait ces visionnaires, soit l'idéalisme et le regard critique des créateurs qui les ont précédés. Le noyau de cette exposition repose sur les propositions contenues dans le manifeste autour duquel se porte un regard tant vers le passé que vers la modernité. À partir du premier imprimé littéraire à Montréal en 1830,  une sélection de 102 artefacts et œuvres d'art empruntés à la collection de Gaëtan Dostie sont exposés ainsi que des vidéos permettant de voir et d'entendre Gaston Miron, Roland Giguère, Claude Gauvreau, Denis Vanier, Josée Yvon, etc.

Présenté en collaboration avec le Conseil des arts de Montréal.

 

Jasmina Cibic: Everything That You Desire and Nothing That You Fear

Jasmina Cibic: Everything That You Desire and Nothing That You Fear

24 février 2019
DHC/ART 451, rue Saint-Jean, (Angle Notre-Dame)
gratuit



Vernissage:
 le mercredi 24 octobre 2018, de 17h30 à 20h30

L'été dernier, Montréal célébrait le 50e anniversaire d'Expo 67, un événement majeur qui à l'époque a placé la ville à l'avant-plan de la scène internationale. Le tout récent projet de Jasmina Cibic-créé spécialement pour les espaces d'exposition de la Fondation et le contexte montréalais-consiste en une installation immersive portant sur la construction de la culture nationale et sur son instrumentalisation à des fins politiques dans le cadre des expositions universelles au 20e siècle. Le titre de l'exposition, Everything That You Desire and Nothing That You Fear [Tout ce que vous désirez et rien de ce que vous redoutez], s'inspire des discussions et des ententes de nature politique conclues au cours de la planification d'Expo 67 concernant ce que chaque pays devait présenter au public international.

Expo 67 est la dernière exposition universelle où l'ex-Yougoslavie a présenté un pavillon avant sa dissolution dans les années 1990-la dernière des quatre grandes expositions universelles à caractère politique à laquelle le pays a participé, chaque fois sous un nom différent: Barcelone en 1929, Paris en 1937, Bruxelles en 1958 et Montréal en 1967.

Le changement de nom de la Yougoslavie-et finalement sa disparition-devient le point de vue qu'adopte Cibic pour examiner les transformations esthétiques en art et en architecture en tant que «force de persuasion» (soft power) et stratégies politiques utilisées pour projeter une image de domination suprême sur la scène internationale. Comment les intérêts et la rhétorique d'un État déployés dans les arts et l'architecture peuvent-ils façonner la perception publique d'un lieu? Comment les gouvernements instrumentalisent-ils la culture pour former l'identité et la représentation nationale? La démarche de Cibic repose sur la recherche dans les archives et la collaboration avec divers spécialistes, ce qui lui permet de créer de somptueuses œuvres dans l'esprit du Gesamtkunstwerk (concept d'œuvre d'art total) qui allient les qualités particulières de l'installation, de la sculpture, de la photographie, de la performance et du cinéma. L'effet d'ensemble captive le spectateur et révèle les construits élaborés et mis en oeuvre par les gouvernements afin d'exercer un contrôle hégémonique.

Cibic propose une approche conceptuelle des deux bâtiments très différents de la Fondation afin d'établir des comparaisons et souligner des tensions entre les structures publiques sanctionnées par l'État (lesquelles sont souvent inaccessibles) et l'espace privé de la maison, où la machine fantomatique de la politique de l'État s'infiltre.

Dans ses œuvres, Cibic fait appel à plusieurs stratégies telles que la scénarisation, l'interprétation et la reconstitution afin de tisser des liens entre l'«art de gouverner» et celui de la mise en scène. Sa lecture féministe et critique des intrications complexes de l'art, du genre et du pouvoir étatique incite le spectateur à réfléchir aux stratégies employées dans la construction de la culture nationale. La proposition de Cibic est particulièrement pertinente dans le contexte actuel, alors que la ferveur nationaliste croît partout dans le monde, et elle résonne d'autant plus dans la nation canadienne, où le sentiment d'identité nationale est en constante évolution.

La trilogie filmique Nada est une commande de la ville d'Aarhus, capitale européenne de la culture 2017, du BALTIC Centre for Contemporary Art à Gateshead et du Kunstmuseen de Krefeld. Elle a été réalisée grâce au soutien du Musée d'art contemporain de Zagreb, du Conseil des arts d'Angleterre, de la Northern Film School de l'Université Leeds Beckett et des Waddington Studios à Londres.

Everything That You Desire and Nothing That You Fear [Tout ce que vous désirez et rien de ce que vous redoutez] bénéficie de l'appui de la Fondation Graham pour les études supérieures en arts visuels.

Entrée libre

URL : http://www.dhc-art.org/fr/jasmina-cibic-exposition

Exposition : Paris en vitrine – Les boutiques au 18e siècle

Exposition : Paris en vitrine – Les boutiques au 18e siècle

24 février 2019
Musée Stewart 20, chemin Tour-de-l’Isle, Parc Jean-Drapeau
14$

Paris en vitrine – Les boutiques au 18e siècle
25 avril 2018 au 24 mars 2019

Cette nouvelle exposition vous convie à un voyage inédit au cœur de la capitale française, carrefour commercial florissant au 18e siècle. Arpentez trois principaux quartiers afin d'y découvrir les boutiques convoitées de l'époque, dont certaines célèbres pour leur clientèle prestigieuse : Madame de Pompadour et Louis XV.

Près de 400 artefacts français du 18e siècle, de la collection exceptionnelle du Musée Stewart, y sont réunis pour évoquer le luxe et la variété des produitsofferts chez les marchands parisiens. Une expérience de réalité virtuelle prolonge l'immersion dans cette ville de contrastes et empreinte de poésie.

 

Horaire d'ouverture: 
Du mercredi au dimanche: de 10 h à 17 h

Accessibilité: Métro Jean Drapeau

 

----------

 

Paris on Display: 18th-Century Boutiques
From April 25 to March 24

Take a unique journey to the heart of the French capital in the 18th-century, a flourishing commercial hub. Visit three of the main districts and discover the fashionable boutiques of the period, some of them famous for their prestigious clients: Madame de Pompadour and Louis XV.

 

Almost 400 18th-century French artefacts from the Stewart Museum's outstanding collection have been assembled to showcase the luxury and variety of products offered by Parisian merchants. The exhibition also features a virtual reality experience that will immerse you in this city of contrasts and poetry.

 

Opening hours:
From wednesday to sunday: from 10:00 a.m. to 5:00 p.m.

Access : Jean Drapeau Station

Pour boire il faut vendre. La publicité et la bière Black Horse au 20e siècle

Pour boire il faut vendre. La publicité et la bière Black Horse au 20e siècle

24 février 2019
architecture, autre, éducatif, exposition, histoire
L'Entrepot 2901, boulevard Saint-Joseph, Lachine, Île de Montréal H8S 4B7
gratuit

Cette exposition, réalisée par le Musée de Lachine, démontre l'esprit d'entreprise des brasseurs de la bière Black Horse qui ont adapté leur stratégie publicitaire aux différentes réglementations sur la consommation d'alcool et investi dans des approches promotionnelles novatrices. Elle est présentée sous les voûtes d'un bâtiment autrefois au cœur de la production de la célèbre bière Black Horse.

Visites guidées pour les groupes sur réservation.

Une exposition virtuelle permet aussi de voir toute la collection Dawes Black Horse : www.blackhorse.museedelachine.com

Ouvert à l'année, vendredi, 18 h à 21 h, samedi et dimanche, 12 h à 17 h

Fermé durant le congé pascal (25 au 28 mars 2016), le Festival de théâtre de rue (25 au 27 août 2016) et le temps des Fêtes.

Aura

Aura

25 août 2018 - 25 août 2019
Basilique Notre-Dame de Montréal 110, rue Notre-Dame Ouest, Montréal, Île de Montréal H2Y 1T2
Aura au Basilique Notre-Dame de Montréal
Exposition : Paris en vitrine – Les boutiques au 18e siècle

Exposition : Paris en vitrine – Les boutiques au 18e siècle

25 avril 2018 - 24 mars 2019
Musée Stewart 20, chemin Tour-de-l’Isle, Parc Jean-Drapeau
14.5$

Du 25 avril 2018
au 24 mars 2019





Cette nouvelle exposition vous convie à un voyage
inédit
au cœur de la capitale
française,
carrefour commercial florissant au 18e siècle. Arpentez
trois principaux quartiers afin d’y
découvrir les boutiques convoitées de
l’époque, dont certaines célèbres pour leur clientèle prestigieuse : Madame de Pompadour et Louis XV.



Près de 400 artefacts français du 18e
siècle, de la collection exceptionnelle du Musée Stewart, y sont réunis pour évoquer
le luxe et la variété des produits offerts chez les marchands parisiens.
Une expérience de réalité virtuelle prolonge
l’immersion dans cette ville de contrastes et empreinte de poésie.